Soignez votre cœur avec les aliments riches en Oméga 3

Pour entretenir votre système cardio-vasculaire, privilégiez les aliments riches en Oméga 3. Selon votre régime, vous les trouverez dans le monde végétal et dans les produits de la mer.

Les Oméga 3 sont des acides gras essentiels qui participent au bon fonctionnement du système nerveux et de la formation des cellules.

Ils contribuent également à diminuer les risques de maladies coronariennes et les infarctus.

Ces Oméga 3 : acide gras polyinsaturés, interviennent de manière étonnante dans de nombreuses fonctions physiologiques, se démarquant ainsi des autres familles d’acides gras.

Ces acides gras polyinsaturés donnent notamment naissance aux prostaglandines, substances qui régulent la dilatation et la constriction des vaisseaux sanguins, en assurant la fluidité du sang et permettant le transport du cholestérol.

Or, actuellement, l’alimentation moderne est terriblement excessive en acides gras saturés et elle est carencée en acides gras polyinsaturés.

Ces acides gras saturés, essentiellement contenus dans les graisses des viandes et charcuteries, sont eux, les principaux responsables des maladies cardio-vasculaires.

C’est le risque quand on abuse de la charcuterie et que l’on mange beaucoup trop de viande, d’autant plus quand ces produits viennent de l’élevage industriel.

Car il devient de plus en plus difficile de trouver des viandes issues d’animaux qui ont été élevés en plein air et dont le régime est à base d’aliments riches en oméga 3 comme le lin, la luzerne ou l’herbe.

Huile-olives©Fotolia.com

Huile-olives©Fotolia.com

C’est une des raisons pour lesquelles beaucoup ont choisi de devenir végétariens, pour supprimer les acides gras saturés de leur alimentation.

Car nous trouvons ces Oméga 3 dans le monde végétal, dans tous les fruits à coques (noix, amandes, noisettes, etc.), ainsi que dans les légumes verts (laitue, épinard, etc.).

Les huiles végétales de colza, tournesol, maïs, soja, carthame, olive et de lin, sont également très riches en Oméga 3.

Mais nous allons dans cet article rester dans le domaine de la mer, en parlant des huiles et graisses de poissons.

Le taux de mortalité par les maladies cardio-vasculaires est très élevé dans les pays occidentaux.

Par contre, les Esquimaux, qui se nourrissent presque exclusivement de poissons et de produits marins riches en acides gras polyinsaturés (et notamment d’Oméga 3), ne connaissent pratiquement aucune forme de maladie cardio-vasculaire.

Poissons©Photorack.net

Poissons©Photorack.net

Il semblerait donc que la consommation régulière d’acides gras contenus dans les poissons, et plus particulièrement d’Oméga 3, réponde aux problèmes cardio-vasculaires suscités dans la population occidentale par le mode d’alimentation moderne, riche en viandes et en produits industriels raffinés.

Les Japonais, doivent également à leurs habitudes alimentaires les plus faibles taux de maladies coronariennes et de cardiopathies de la planète !

On estime que 30 à 100 grammes de poissons gras par jour suffisent à diminuer globalement par deux les risques de maladies cardio-vasculaires.

Il est possible avec les compléments alimentaires de compenser à ce déficit de notre alimentation.

Mais les huiles de poisson ont une quantité d’autres vertus thérapeutiques tout à fait extraordinaires.

Les Oméga 3 constituent une partie du traitement de l’arthérosclérose et de certaines affections inflammatoires.

Il se pourrait aussi qu’ils aient une action préventive du cancer.

Les huiles de poisson permettraient encore de prolonger sensiblement la durée de gestation et d’accélérer la croissance du fœtus.

Il est également envisageable d’utiliser les Oméga 3 pour diminuer les risques d’accouchement prématuré.

cellule-cerveau

cellule-cerveau

De plus, il faut savoir que les Oméga 3 sont utilisés directement dans la fabrication des membranes des cellules, y compris celles du cerveau.

La femme enceinte en a donc besoin, car c’est à partir de ces Oméga 3 que sera fabriqué le cerveau de son enfant, cerveau qui accumule plus particulièrement cet acide gras lors du troisième trimestre de la grossesse et au cours de la première année.

Cela étant, l’adulte, lui-même, a encore besoin de ces Oméga 3 pour favoriser la fluidité des membranes de ses cellules nerveuses et améliorer ainsi leur réceptivité aux neurotransmetteurs (et notamment à la sérotonine).

Cela signifie que de nombreux états dépressifs peuvent être dus à une carence en Oméga 3. On recense d’ailleurs plus de déprimés chez les Occidentaux, carencés en Oméga 3, que chez les Japonais qui mangent beaucoup de poissons gras.

Parmi les poissons à privilégier qui sont les plus riches en Oméga 3, vous avez le saumon (choisissez le saumon d’élevage bio), le hareng, le maquereau, le thon, les sardines.

Mais attention à la provenance, aux étiquettes et aux marques pour la préservation des fonds marins !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.