Prévention : il vaut mieux prévenir que guérir

« Il vaut mieux prévenir que guérir. » C’est encore plus vrai à notre époque où l’on a trop tendance à penser qu’avec les progrès de la médecine, il y aura toujours un recours, une pilule miracle pour soigner nos maux, un vaccin pour prévenir, etc.

Commençons par l’alimentation qui est l’élément principal d’une bonne hygiène de vie et de la prévention. C’est notre carburant.

VoitureComme pour votre voiture, si vous voulez qu’elle soit performante et fiable sur la durée, vous allez lui mettre l’essence et l’huile qui sont prévues par le constructeur.

En fait, c’est la même chose pour notre corps. Si nous le nourrissons mal et négligeons son entretien, nous en payons le prix à un moment ou un autre de notre vie.

Et cela va de l’obésité au diabète, en passant par les maladies cardio-vasculaires et neurologiques, pour finir par le cancer.

Et, sans aller jusque-là, les allergies diverses et variées, l’arthrite et l’arthrose et tous ces petits ou grands maux qui nous empoisonnent la vie sont également le fruit d’une alimentation inadaptée et d’excès de toutes sortes qui fatigue l’organisme, mettent à rude épreuve notre système digestif, notre immunité et notre capacité à l’autoguérison du corps.

Bouf©-JonFennel---Fotolia.com

Bouf©-JonFennel—Fotolia.com

Tous les aliments sont bons à partir du moment où leurs origines sont naturelles. Et c’est vrai qu’à notre époque de l’industrialisation, il devient plus difficile de savoir ce qui est naturel et ce qui ne l’est plus.

Pensons à tout ce qui est ajouté aux aliments industriels : des additifs alimentaires, pesticides de culture, conservateurs, colorants, correcteurs de goût, émulsifiants et autres gélifiants.

Retenons que nous consommons de plus en plus de sucre (50 fois plus qu’au début du 20ème siècle !). On peut ajouter les excès de graisse sous toutes ses formes. Et le sel qui est ajouté en trop grosse quantité.

Il est certain qu’après trop d’habitudes alimentaires toxiques, il est nécessaire de rééduquer notre palais pour retrouver le vrai goût des aliments, des épices et de tous les ingrédients naturels que l’on peut associer pour faire une cuisine bonne pour la santé et néanmoins gourmande, dans le bon sens du terme.

Légumes © PhotoRack

Légumes © PhotoRack

Une alimentation saine, de préférence BIO, composée de fruits et de légumes de saison, de céréales non raffinées et non blanchies, de viande en petite quantité et de préférence blanche, d’eau de source ou d’eau minérale.

Toutes ces choses que la nature nous fournit naturellement depuis des milliers d’années devraient être la base de notre alimentation.

En mangeant peu de viandes par exemple, on peut choisir d’opter pour la qualité. Des produits de la ferme (nourriture naturelle, et élevage en plein air). On peut privilégier les protéines végétales (elles contiennent beaucoup moins de toxines), et les sucres sont à absorption lente, dans les légumineuses.

La maladie n’est pas une fatalité et ce qui est incontestable c’est qu’en prenant conscience de notre mode d’alimentation, et en sachant ce que l’on met dans notre assiette, ajouté à une bonne hygiène de vie, va permettre de ralentir, voire d’éliminer de nombreuses maladies.

En ayant une pleine conscience de nos actes, en respectant notre corps on est absolument sûr d’améliorer nettement notre santé. Le résultat est garanti.

« Il vaut mieux prévenir que guérir. » D’innombrables recherches l’attestent. Les résultats des tests sont incontournables. Des individus ont amélioré leur santé grâce à une nourriture saine en évitant les effets secondaires des médicaments.

Pour terminer cet article, je vous invite à découvrir ou redécouvrir cette naturopathe Irène Grosjean : « Santé Naturopathie »

L’ interview d’Irène Grosjean a été réalisé par Carine Phung du magazine et blog le « Chou Rave »

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.