Le cœur : Végétarisme pour éviter les maladies cardovasculaires

L’alimentation moderne, avec ses excès de viandes, de graisses animales de laitages et de sucreries, n’est absolument pas favorable au système cardiovasculaire.

Si en plus vous fumez et que vous êtes un consommateur régulier d’alcool, que vous êtes plutôt sédentaire, je ne vous dit pas les dégâts sur le cœur !

Savez-vous que les maladies cardiovasculaires représentent en France près de 180 000 décès par an. Environ 120 000 personnes sont soignées chaque année pour infarctus du myocarde et 130 000 pour un accident vasculaire cérébral.

Cet article : « Un coeur en bonne santé« , vous en parle en détail.

Nous allons aborder ici la prévention par l’alimentation. Et là encore, vous allez voir que le végétarisme est propice à entretenir le cœur et à éviter les problèmes cardiovasculaires.

Il y a d’ailleurs dans le régime végétarien, certains aliments particulièrement recommandés pour la prévention d’un cœur en bonne santé.

 

Ail-©-photorack.net

Ail-©-photorack.net

L’ail

C’est un médecin indien qui a découvert que l’ail lutte contre la formation de caillots et aide les artères à rajeunir. De plus, l’ail fait baisser la tension artérielle et le taux de cholestérol.

Il semblerait donc que les quinze antioxydants présents dans cette plante améliorent très significativement l’état du système cardiovasculaire à condition, toutefois, de la consommer quotidiennement pendant plusieurs années.

 

Le soja

Soja-©-freedigitalphotos.ne

Soja-©-freedigitalphotos.ne

On a constaté que les maladies cardiovasculaires diminuaient dans les populations consommatrices de soja. Cette graine, riche en acides gras insaturés et pauvre en acides gras saturés, provoque une baisse des lipides dans le sang.

On a même observé que la diminution du mauvais cholestérol était huit fois plus grande chez les consommateurs de soja, que chez les non-consommateurs.

 

Les oléagineux

Oléagineux-©-freedigitalphotos.net

Oléagineux-©-freedigitalphotos.net

Les amandes, noisettes, arachides et noix semblent prévenir les maladies cardiovasculaires, tout au moins si l’on en croit les résultats d’une étude menée sur 86 000 infirmières pendant 14 ans qui établit que les femmes mangeant plus de 125 grammes d’oléagineux par semaine réduisaient de 30 % leur risque de développer une telle pathologie.

Riches en fibres, en acides gras mono-insaturés, en antioxydants et en acides aminés de type arginine, les oléagineux préserveraient donc les artères des méfaits du cholestérol et abaisseraient la tension artérielle.

Cet article vous en parle à propos des noix : Des noix des oléagineuses au TOP

 

tomate-©-photorack.net

tomate-©-photorack.net

Les légumes

Tout régime riche en fruits et légumes, grâce aux fibres et au magnésium qu’il apporte, est favorable au système cardiovasculaire. Mais parmi les légumes, ce sont ceux qui contiennent le plus de bêtacarotène qui remportent la palme.

Une carotte par jour diminue les risques de 22 %, une patate douce de 40 à 70 %… La tomate rouge, grâce à son lycopène, est également un excellent protecteur cardiaque ; mais la sauce tomate ou le concentré en contiennent plus encore. Enfin, l’oignon est à conseiller, presque au même titre que l’ail.

 

4-algues-©-fcw5---Fotolia.com

4-algues-©-fcw5—Fotolia.com

Les algues

L’apport gastronomique des algues est incontestable. Elles sont une source de nouvelles saveurs. De plus, l’océan les a dotées d’un profil nutritionnel remarquable, avec des acides aminés de choix, des minéraux rares et très facilement assimilables, des vitamines, des oligoéléments et des fibres.

Inversement, l’apport en lipides est infime, ce qui les indique naturellement en cas de prise de poids ou de cholestérol.

Je terminerai en citant un article publié par le Huffingtonpost : Santé : Être végétarien réduit les risques de maladies

Il parle notamment d’une étude qui a été faite en Angleterre et en Écosse pour comparer l’incidence des maladies cardiovasculaires entre végétariens et non-végétariens.

45.000 volontaires âgés de 50 à 70 ans ont participé à cette enquête. « Les résultats montrent clairement que le risque de maladies cardiovasculaires est environ un tiers plus bas chez les végétariens comparativement aux non-végétariens », souligne le professeur Tim Key, directeur adjoint de l’unité d’épidémiologie du cancer à l’université d’Oxford et co-auteur de l’étude.

Pour votre santé, prenez le temps de lire également cet article, bien documenté.

Photos :
Image courtesy of Serge Bertasius Photography at FreeDigitalPhotos.net : « Christmas Nuts »
Image courtesy of punsayaporn at FreeDigitalPhotos.net : « Bean Sprouts

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.